Actualités


Les bouteilles de la cuvée de la confrérie arrivent sur les étals

retraite

Après le traditionnel marché d’Auvillers-lès-Forges, c’était il y a quelques semaines, la prochaine manifestation de la confrérie du pissenlit aura lieu le dimanche 7 octobre à Oisy. Suivra le marché Thiérache fermière de Vervins, le vendredi 2 novembre. Avec là encore salade au lard, confiture et vin de pissenlit. Rassemblé sous l’appellation Le chai du pissenlit, ce dernier a été produit par le grand maître Daniel Gibaru. De là à dire qu’il est devenu le seul viticulteur de Thiérache… Sans oublier, lors de ces sorties, la bonne humeur des membres de la confrérie !
La confrérie poursuit ainsi ses animations régulières, à travers des festivités qui ont fait leurs preuves et qui sont bien ancrées dans le calendrier. Des animations chapeautées aussi par des amis de Daniel Gibaru, comme à Oisy, où le grand maître rendra visite à Jean-Louis Felbacq, une personnalité bien connue en Thiérache et qui a beaucoup donné pour la défense des valeurs du terroir en Avesnois-Thiérache.
«Le marché d’Auvillers a été un succès, on a fait 600 € de chiffre d’affaires et on a écoulé 50 kilos de salade au lard», indique Daniel Gibaru, à propos de cet autre rendez-vous, chez des amis ardennais cette fois.
Par contre, la confrérie ne participera pas cette année au concours des produits du terroir de La Capelle, organisé en préambule de la Foire aux fromages. Mais il est vrai que la confrérie a déjà obtenu là-bas de beaux lauriers: une médaille d’or pour sa salade au lard en 2017, et un diplôme d’honneur pour le clafoupis, mélange harmonieux de maroilles et de pissenlit.


L’homme du pissenlit dans la beuquette de Yanny Hureaux

retraite

D’un côté Yanny Hureaux, écrivain régionaliste de renom, chroniqueur des petites et grandes choses du quotidien à l’Ardennais depuis de… longues années, et lui-même au plus haut point Ardennais (avant d’être Français ou Belge) ; de l’autre Daniel Gibaru, ancré, depuis de longues années lui aussi, dans la défense des valeurs du terroir, entre Ardennes et Thiérache, avec une promotion des bienfaits du pissenlit qui n’a d’égal que son engagement dans l’animation locale.
Ces deux-là ne pouvaient que se rencontrer. Devenu voyageur dans les autres terroirs de France, Daniel Gibaru découvre il y a peu l’univers du Puy du Fou. Lors de la célèbre cinéscénie en terre vendéenne, il fut ému «quand la gamine des Ardennes a fait son apparition sur l’esplanade du parc, au son de la musique du marchand de quenouilles.» Et le septuagénaire d’Ohis se remémore : «Je revivais les soirées où ma mère contait son évacuation, avec mes deux frères en Mai 1940. Ils furent chaleureusement accueillis en Vendée.»
Ayant quitté le bocage autour du Puy du Fou pour le bocage de Thiérache, il rassemble ce moment d’émotion sur papier, et le poste pour Yanny Hureaux. Ce dernier publie en partie ce récit dans sa beuquette du 1 er juillet de l’Ardennais. Une émotion, deux personnages, un triple hommage, à la Vendée, à la Thiérache et aux Ardennes.


Quand la grange du pissenlit devient rouge

retraite

Ce n'est pas un nouveau coup politique de la part du Grand maître, car ce n'est pas la signification qu'il préfère, mais chacun a pu le constater depuis quelques semaines, Daniel Gibaru a repeint la grange du pissenlit en rouge ! Le grand maître n'est pas devenu supporteur de Jean-Luc Mélenchon pour autant ! Non, c'est à l'issue d'un voyage en Norvège, pays scandinave réputé pour ses maisons aux couleurs chaudes, que notre Thiérachien a décidé d'apporter un peu de rouge dans le pays du vert bocage. D'ailleurs, lorsqu'il était en Norvège, ce grand défenseur de la gastronomie et de la vérité du terroir a aussi découvert que le pays des Vikings possède sa propre culture du pissenlit. La plante phare des prairies printanières est donc à sa façon un phénomène international. Cela valait bien ce clin d'oeil sur les bords de l'Oise !



Actualités 2017 >>
Nos partenaires : L'Union - Le Courrier - La Brasserie de Fagnes - Le Creuset - Maroilles Leduc Visiteurs: